Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Selon un communiqué de presse, MoneyGram, partenaire de Ripple, a conclu un accord avec Al Rajhi Bank, la première institution bancaire islamique avec plus de 88 milliards de dollars d’actifs sous gestion.

Grâce à son dernier partenariat stratégique, l’entreprise basée à Dallas sera en mesure d’exploiter le marché des transferts de fonds en Arabie Saoudite.

Pour directeur des recettes de MoneyGram Grant Lines, ce rapprochement constitue « une étape importante » :

« Ce partenariat est une étape importante qui capitalise sur les récents investissements stratégiques dans les principaux marchés récepteurs. Au cours des derniers mois, nous nous sommes développés avec de nouveaux partenaires en Inde, en Égypte, au Pakistan et aux Philippines, pour n’en citer que quelques-uns. Tous ces marchés sont les principaux destinataires des transferts en provenance d’Arabie Saoudite, et les consommateurs vont maintenant bénéficier de cette intégration centrée sur le client avec Al Rajhi Bank ».

A la recherche de gros capitaux dans la région ANMO.

En janvier dernier, MoneyGram a également conclu un accord avec la Suez Canal Bank, l’une des principales banques commerciales d’Égypte, afin d’offrir à ses clients la possibilité d’envoyer des fonds directement sur des comptes bancaires locaux.

S’aventurer en Arabie Saoudite semble bien tardif pour MoneyGram étant donné que Ripple est très présent dans la région ANMO.

La blockchain Ripple, qui a acquis 10 % des parts de MoneyGram l’année dernière, a fait affaire avec des banques en Arabie Saoudite et dans d’autres pays du Moyen-Orient depuis des années.

Autres régions d’intérêt

MoneyGram et Ripple se concentrent également sur leur expansion dans la région Asie-Pacifique.

Récemment, les deux sociétés ont fait des percées pour occuper le marché sud-coréen des transferts de fonds en s’associant à des acteurs locaux de fintech.

MoneyGram utilise également la solution de liquidité à la demande (ODL) de Ripple pour effectuer des paiements transfrontaliers vers les Philippines et l’Australie suite à l’acquisition.

La rumeur veut que l’entreprise soit reprise par Western Union, mais la fusion entre les deux plus grandes entreprises américaines pourrait ne pas plaire aux régulateurs américains.

Laisser un commentaire