Qu’est-ce que le Monero (XMR)?

Le Monero (XMR) a été une des premières crypto-monnaies à proposer une cryptographie offrant de réelles avancées en matière de confidentialité et de fongibilité par rapport aux autres solutions disponibles.

Sa principale différence était sa capacité à permettre aux utilisateurs d’envoyer et de recevoir des transactions sans que ces données soient accessibles à quiconque examine sa blockchain.

En tant que tel, Monero est généralement classé avec d’autres crypto-monnaies respectant la vie privée, comme Zcash (ZEC), qui a cherché à remédier aux faiblesses de Bitcoin (BTC) en matière de protection de la vie privée. (Sur Bitcoin, les transactions révèlent le montant échangé ainsi que des données sur l’expéditeur et le destinataire par défaut).

Ceci permet à son tour de tracer les bitcoins, les rendant moins fongibles, car les entreprises sont en mesure d’identifier et de mettre sur liste noire les pièces impliquées dans des entreprises suspectes, par exemple.

Cependant, alors que des projets comme Zcash ont bénéficié du soutien des médias et des investisseurs en capital-risque, les origines de Monero sont plus comparables à celles de Bitcoin, impliquant une petite communauté de techniciens en ligne qui s’est développée discrètement au fil du temps à mesure que le projet gagnait en crédibilité et en parts de marché.

Mais Monero s’est également distingué dans d’autres domaines que celui de la vie privée.

Par exemple, le logiciel de Monero est programmé pour être mis à jour tous les six mois, un calendrier régulier qui lui a permis d’ajouter plus agressivement de nouvelles fonctionnalités sans grande polémique.

Cela signifie que Monero a pu continuer à introduire des avancées cryptographiques comme les adresses furtives (qui permettent aux utilisateurs de créer des adresses à usage unique) et les transactions confidentielles en anneau (qui cachent le montant des transactions).

Étant donné sa volonté d’être le pionnier de ces avancées, Monero continue de susciter l’intérêt des cryptographes et des spécialistes de la recherche qui cherchent à repousser les limites du possible en matière de crypto-monnaie.

Qui a créé Monero ?

Les origines de Monero sont parmi les plus inhabituelles parmi les crypto-monnaies majeures, impliquant des développeurs inconnus, des accusations de fraude et, finalement, de multiples changements d’appellation du projet.

L’histoire commence en 2013 avec la publication du livre blanc CryptoNote, rédigé par le développeur Nicolas van Saberhagen. Ce livre attirera l’attention de la communauté cryptographique, avec les célèbres développeurs de Bitcoin Gregory Maxwell et Andrew Poelstra qui rédigeront leurs propres travaux sur ses implications pour les crypto-monnaies.

Cependant, au début, cela ne s’est pas traduit par un succès pour ses idées pionnières.

Peu de temps après, CryptoNote a été utilisé pour créer une nouvelle crypto-monnaie appelée « Bytecoin », bien que le projet se soit effondré à cause d’allégations selon lesquelles ses développeurs en avaient altéré l’approvisionnement.

La base de code qui allait finalement former la base de Monero a été lancée en avril 2014 sous le nom de « Bitmonero ». Les développeurs ont cependant dû faire un nouveau fork au beau milieu des controverses, en raccourcissant le nom de la crypto-monnaie à Monero, en espéranto pour le mot « pièce ».

Comment fonctionne Monero ?

Outre ses fonctions de protection de la vie privée, Monero fonctionne de la même manière que les autres crypto-monnaies majeures, en utilisant l’extraction de preuves de travail pour contrôler l’émission de XMR et pour inciter les mineurs à ajouter des blocs à la blockchain. De nouveaux blocs sont ajoutés toutes les deux minutes environ.

Il est à noter, cependant, que les amateurs peuvent trouver que l’extraction de XMR est plus facile que sur d’autres crypto-monnaies, car l’algorithme qui régit ce processus est conçu pour éviter le recours à du matériel spécialisé.

Cela signifie que les utilisateurs peuvent être en mesure de générer des XMR lorsqu’ils utilisent un ordinateur portable (CPU) ou une carte graphique (GPU), des formes de matériel moins coûteuses et plus largement disponibles.

Qu’est-ce qui rend Monero privé ?

Toutes les crypto-monnaies ne respectent pas la vie privée de la même manière et, par conséquent, les utilisateurs ne doivent pas les considérer comme des offres égales ou interchangeables.

Le XMR, par exemple, doit être considéré comme un outil qui, lorsqu’il est utilisé correctement, masque les données de l’utilisateur sur la blockchain, rendant ainsi ses utilisateurs plus difficiles à retrouver.

Signatures en anneau

La technologie qui rend cette obscurcissement possible, le Monero utilise les signatures en anneau pour mélanger la signature numérique de l’individu effectuant une transaction XMR avec les signatures des autres utilisateurs avant de l’enregistrer sur la blockchain. De cette façon, si vous regardez les données, il semblerait que la transaction ait été envoyée par l’un des signataires.

Au fil des ans, Monero a expérimenté la modification du nombre de signatures impliquées dans ce processus de mélange, permettant même aux utilisateurs de spécifier un nombre souhaité à un moment donné.

Depuis 2019, cependant, une opération Monero par défaut est désormais définie, ajoutant 10 signatures à chaque groupe de transactions et mélangeant 11 signatures au total. Adresses furtives

Les adresses furtives sont une autre caractéristique qui contribue à la protection de la vie privée de Monero. Elles permettent aux utilisateurs de publier une adresse qui crée automatiquement plusieurs comptes uniques pour chaque transaction.

En utilisant une « clé de consultation » secrète, le propriétaire peut alors identifier les fonds qu’il reçoit, car son portefeuille peut parcourir la blockchain pour identifier toute transaction effectuée avec cette clé.

RingCT

Introduit en 2017, le système Ring Confidential Transactions permet de cacher le montant que les utilisateurs échangent dans les transactions enregistrées sur la blockchain. En fait, RingCT permet de faire en sorte que les transactions puissent avoir de nombreux intrants et extrants, tout en préservant l’anonymat et en protégeant contre les doubles dépenses.

Pourquoi utiliser XMR ?

La principale raison d’apprendre à utiliser Monero est peut-être la protection de sa vie privée. Comme les transactions ne peuvent pas être facilement tracées sur sa blockchain, les utilisateurs peuvent exercer plus librement leur capacité d’envoyer et d’accepter la crypto dans tous les types de transactions.

En plus d’être sûr et intraçable, cela rend le XMR fongible. Cela signifie que les entreprises ne peuvent pas rejeter le XMR parce qu’elles pourraient avoir été impliquées dans des activités répréhensibles.

De même, les investisseurs qui pensent que les utilisateurs de crypto-monnaies finiront par exiger plus de confidentialité peuvent trouver que cette technologie constitue un ajout précieux à leur portefeuille.

De plus, le XMR peut être intéressant pour tout utilisateur qui souhaite repousser les limites de la cryptographie dans les crypto-monnaies, ouvrant la voie à des systèmes monétaires qui permettent aux particuliers du monde entier d’économiser et de payer sans être opprimés.

Pourquoi le XMR a-t-il de la valeur ?

Les traders doivent savoir que le Monero est aussi rare au sein des grandes crypto-monnaies car il n’a pas d’approvisionnement fixe. Cela signifie que, contrairement à Bitcoin, qui garantit que seuls 21 millions de bitcoins seront frappés, Monero est programmé pour créer continuellement de nouveaux XMR.

Selon les règles du logiciel Monero, les récompenses pour les nouveaux blocs ne tomberont jamais à zéro. (Après mai 2022, il est prévu que les récompenses pour les blocs soient fixées à 0,6 XMR par bloc).

À cette date, environ 18 millions de XMR devraient avoir été émis.

Cependant, comme l’offre de XMR est connue et que les utilisateurs peuvent prouver qu’ils sont propriétaires de leurs pièces, le XMR peut servir de valeur de la même manière que le BTC.

Néanmoins, les investisseurs et les commerçants doivent noter que l’offre de monnaie en XMR va continuer à augmenter, ce qui signifie qu’elle pourrait ne pas être aussi bien adaptée pour servir de mécanisme d’épargne.